8 semaines en pleine conscience.. et plus

ou.. voyage en terre inconnue - épisode 1 Je le connais bien, cet inconfort. Cette impression d'avoir un fauve en cage dans la poitrine. Un forcené qui se tape la tête contre des barreaux. Un ouragan confiné dans un flacon de cristal. Je le connais bien, et en même temps pas tant que ça. Pas tant que ça.. et pourquoi ? me diras-tu Et bien parce que dès que je la sens arriver la sensation Dès que je sens la déferlante déferler à peine elle commence à déferler, hop, je m'assieds...
.. ou c'est plus difficile. De rester branché sur la lumière. Un jour comme aujourd'hui, où tout devient tellement dérisoire Où je me dis.. mais comment je peux vivre moi ? Avec mon toit sur la tête, mes petits problèmes, mes rêves de bonheur Mon frigo à moitié vide que je peux aller remplir en quelques dizaines de minutes Mes ordinateurs, ma voiture, mes feutres tout neufs Quel est donc ce privilège ? De quel droit ? Des jours où j'ai envie de vomir toutes ces quêtes de...

Sous la hutte de sudation, le passage vers la deuxième porte a été un peu plus rude. Presque suffocant. C'est amusant, les quatre portes d'hier, je n'ai pas réfléchi. J'ai laissé mon corps vivre l'expérience tout seul. Je ne sais plus comment j'ai respiré, comment je ne me suis pas courbée vers le sol pour échapper à la vapeur brûlante. Il s'en est très bien sorti. Et puis aujourd'hui, voilà que ma tête s'en est mêlé, l'espace de quelques secondes Mon Dieu, mais je vais me...
Parce que c'est un jour nouveau Parce qu'hier, j'ai vu le premier papillon Parce que ce matin il y avait des brillants au pied des arbres et du soleil dans des prunelles Parce que l'odeur du café et la fourrure du chien Parce que ses cheveux emmêlés et ses bras autour de mon cou Parce que je suis en mode Argus bleu. Dès que je vois une fleur, je me pose dessus. Parce qu'aujourd'hui, j'ai juste envie de dire merci !! A la Vie, à la Terre, à tous ceux qui me protègent A toute ma famille A...

Est-ce que j'aurai la force d'être vivante ? Est-ce que j'aurai la force de m'insérer dans ce ballet de souffrances, de beauté, de violence, de paix, de couleurs Est-ce que j'aurai la force de danser ce ballet étourdissant ?
Ce matin je demandais à être guidée.. à savoir quel chemin suivre. Je demandais à voir clair, en moi. Parce que ça n'est pas clair. Il y a des contradictions, des ambiguïtés, des ambivalences.. Des relations qui me font mal. Et que je n'arrive pourtant pas à laisser définitivement derrière moi. Parce qu'elles viennent blesser à l'endroit d'une fragilité.. et en même temps nourrir à l'endroit d'un manque. Il y a tellement de solutions, tellement de chemins Accueillir le manque ?...

Toujours cette peur au ventre quand je me réveille. Dès que j'ouvre les yeux. Dès que l'histoire se remet en place. J'ai remarqué. Quand je me réveille, ce court instant de paix. Mais tellement fugace que je n'arrive pas à le saisir. A peine à en avoir conscience. Et puis.. c'est comme une vague qui déferle. L'angoisse qui monte, qui me vrille les entrailles, laboure ma poitrine, écrase ma gorge. La souffrance est telle que je sens mon esprit qui pourrait.. lâcher. Nijinski parle de...
Dans mon corps ce vertige. Toute une vie à marcher au bord du gouffre Une vie passée à ne jamais sombrer Une vie passée à rester en équilibre Au bord du gouffre Jamais je ne trouverai les mots pour traduire ce qui se joue dans ma poitrine aux moments où tout pourrait basculer C'est comme un vortex, un trou noir qui appelle. La sensation d'une mort imminente, à laquelle on ne peut échapper Ce moment où le corps se fige et se tord pour tenter d'échapper à l'abîme. Il y a comme un...

Réveil au petit matin avec de nouveau cette épouvante bien accrochée. Le froid dans la poitrine, le coeur qui bat tellement vite J'ai peur, et je ne sais pas de quoi. Elle glisse en moi comme un serpent. La peur. Elle s'insinue dans tous les recoins de mon être. Elle me paralyse. Et je suis là, allongée dans mon lit, incapable du moindre geste. Mon esprit affolé cherchant désespérément à se raccrocher à une sensation de bien-être. Je sens... la chaleur du lit le moelleux de...
Je me relis ce matin, les mots dansent devant mes yeux Mon ventre est serré Ma gorge aussi Les larmes ne sont pas loin, elles cherchent la sortie Comme ma vie ? Comme ces mots enfouis depuis si longtemps et qui ne sortent jamais ? C'est fou cette ligne bleue et floue. J'ai toujours eu une vue excellente et voilà que je n'y vois plus clair Les lignes dansent, les lignes se dédoublent Et mes sourcils sont froncés Et mes lèvres pincées sous l'effort. Tiens, c'est amusant. Alors que je laisse...

Afficher plus